© ADT82-LezBroz
Les villages de caractère

Bastides étincelantes, cités médiévales pleine de charme

A découvrir dans tout le Tarn-et-Garonne

Toucher l’âme du Tarn-et-Garonne

Saint-Antonin Noble Val

Au cœur des Gorges de l’Aveyron se dresse la cité médiévale de Saint-Antonin-Noble-Val, témoin de douze siècles d’histoire. Le bourg historique, constitué d’un ensemble de vieilles demeures enchevêtrées dans un réseau totalement préservé de ruelles étroites et tortueuses, recèle des fenêtres géminées ou à meneaux, des arcs gothiques ou romans ornant de vieux portails, et des traces d’anciennes échoppes.
« Mais nous sommes dans un musée ! », s’exclamait Viollet-le-Duc, architecte et restaurateur de la cité de Carcassonne, lorsqu’il découvrit la « petite ville de Saint-Antonin » un jour de septembre 1842.

Caylus

Dans la vallée de la Bonnette,  Caylus constitue un carrefour. Etabli sur une hauteur, Caylus s’est formé autour d’un château. Cité active au Moyen Âge, Caylus conserve de riches maisons des XIIIe-XVIe siècles, en particulier : la maison des Loups, l’église Saint Jean Baptiste et la Halle. Les amateurs de « vieilles pierres » seront comblés par les nombreuses maisons anciennes et boutiques « moyenâgeuses » de la rue Droite, le château neuf, les ruines de l’ancien château royal et le pavillon Goléjac.

Montpezat-de-Quercy

Montpezat-de-Quercy est formé d’un ensemble de vieilles maisons en pierre et de vestiges d’un habitat gallo-romain.
L’église collégiale
bâtie au XIVe siècle a conservé un riche mobilier, vestige des trésors accumulés depuis le Moyen Age grâce au legs du cardinal des Prés, dont le beau gisant de marbre perpétue le souvenir.
La porte de ville du XIVe siècle, la maison des Chanoines des XVe et XVIIe siècles, et les maisons Renaissance comptent parmi les joyaux de Montpezat-de-Quercy.

Montjoi

Montjoi est constitué d’une modeste tour-château féodale perchée, dominant le village. Situé sur le chemin du pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle, le site est protégé depuis 1972. De beaux points de vue sur les vallées ravissent les visiteurs de cette bastide. Montjoi a conservé le plan régulier qui lui fut donné au XIIIe siècle. Il est bon de flâner dans les rues de cette cité pour admirer les maisons à pans de bois en encorbellement des XVe-XVIe siècles.

Castelsagrat

En bordure Sud du Quercy, à l’Ouest du Tarn-et-Garonne et à mi-chemin entre Agen et Moissac, se trouve la bastide de Castelsagrat qui a conservé sa belle place entourée de couverts des XIIIe et XIVe siècles. Rêverie et méditation viendront en vous, inspirées par la rue en enfilade des couverts, la place, son puits romain. L’église est également un véritable chef d’œuvre et dispose d’un retable des plus beaux du genre.

Adt82 00827 Hd

Saint-Antonin Noble Val, papotage sous la halle

Castelnaux, bastides… quèsaco ?

Le Moyen-Âge a tellement marqué le paysage urbain du Tarn-et-Garonne qu’une simple promenade dans un des villages de caractère devient une visite de l’histoire, dans un musée à ciel ouvert.

Les castelnaux sont des villages fondés au Moyen Âge (XIe et XIIe siècles) qui rassemblaient la population au pied d’un château : Verdun-sur-Garonne, Caylus et Montpezat-de-Quercy par exemple.

Les bastides (apparues vers 1235) sont des villes nouvelles, créées autour d’une place centrale et généralement d’une halle. En Tarn-et-Garonne on en compte une quarantaine, toutes différentes, depuis Larrazet en passant par Nègrepelisse, Valence d’Agen, Castelsagrat ou Lafrançaise.

Faire un voyage dans le temps

Dunes

Grâce à sa situation géographique privilégiée, entre Valence d’Agen, Agen en Lot-et-Garonne et Lectoure dans le Gers, Dunes a conservé le plan qui lui fut donné.  Découvrez ce village, ses multiples places, ses couverts, ses maisons à pans de bois du XVIe siècle, où la brique joue un grand rôle décoratif. Ne manquez pas également la Tour des Templiers et la promenade des Remparts ainsi que l’église des XIV-XVe siècles qui a conservé un retable baroque. Les découvertes d’un trésor comptant 500 monnaies anciennes en argent enfouies vers 118 à 106 avant notre ère, d’une tombe et d’un éperon d’or prouvent l’occupation du sol dès l’époque Wisigothe (Ve siècle).

Beaumont-de-Lomagne

Beaumont-de-Lomagne est une bastide et représente l’un des plus parfaits exemples de ville neuve du XIIIe siècle.
La halle et l’église sont ses principaux monuments médiévaux. Soutenue par 38 poteaux, la halle charpentée accueille toujours le marché et sa morphologie reste celle du Moyen Âge.
L’église fortifiée est un chef d’œuvre du gothique méridional dont l’élégant clocher fut entrepris sur le modèle des Jacobins de Toulouse. Beaumont-de-Lomagne est aussi la ville natale du célèbre mathématicien Pierre Fermat.

Maubec

Tiré du latin « malum » (mal, mauvais) et du gaulois « becco » (bec), Maubec fut à l’origine un oppidum gaulois occupant une position stratégique sur la voie antique Toulouse-Lectoure qui suivait la vallée du Sarrampion sur sa rive droite ; relais de poste, centre de foires et marchés. Le village connut, grâce à cette route, la prospérité. Le calcaire blanc est présent partout à Maubec et sert d’assise aux vieux remparts du Moyen Âge, percés de meurtrières, qui ceinturent le bourg. Ils perpétuent le souvenir de l’ancienne place, à la fois redoutable et sécurisante.

Varen

Cette petite cité médiévale offre des trésors tels que son château, l’église ornée de chapiteaux typiques de l’art roman du Rouergue et qui compte parmi les premiers grands édifices de cette époque, et quelques demeures.
A Varen, une promenade sur les berges de l’Aveyron, très facilement accessible, offre au promeneur un havre de paix ombragé, agréable et reposant. Un plan d’eau de 3 km de long permet également de vous adonner aux joies du canotage.

Montricoux

Le territoire de la commune de Montricoux a été habité dès les temps paléolithiques comme en témoignent les silex taillés qui ont été trouvés en divers points. Montricoux a gardé grand nombre de vestiges de l’époque médiévale : le donjon des Templiers, son château actuellement musée dédié à l’artiste peintre Marcel-Lenoir figure emblématique du Montmartre des années folles, son église calquée sur le modèle de la Basilique Saint-Sernin de Toulouse, les tours de guêt et les remparts, sans oublier, les diverses demeures à pan de bois, le moulin sur l’Aveyron -toujours en activité-, complètent le tout.